Cet article est rattaché à l’épisode #3 du podcast Ta Parole Mon Coeur que vous pouvez retrouver ici et ci-dessous

L’une de mes questions c’était pourquoi la Loi existe-t-elle vu que Jésus est mort pour mes péchés ? Pourquoi la Bible parle autant de la loi si au final, nous avons tous été racheté par le sacrifice de Jésus ?

J’ai eu une réponse dans le chapitre 3 de Galates, je vais donc partager avec vous ce que le Saint-Esprit m’a permis de découvrir dans ce chapitre.

O Galates, dépourvus de sens! qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié? Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi? Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair? Avez-vous tant souffert en vain? si toutefois c’est en vain. Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi?

Galates 3:1-5

On sent tout l’agacement, le reproche que porte Paul envers cette église en Galitie, dans ces premiers versets. Paul parle avec autorité et fermeté, comme pour secouer cette église, la réveiller, et la pousser à faire une introspection, à se poser les bonnes questions. Il met déjà en parallèle la loi et la foi. Comme deux choix qui s’offrent aux Galates, parmi lesquels ils vont devoir faire une introspection et choisir. 

A priori, Paul a déjà été confronté à cette situation. Peut-être que cela peut expliquer son agacement. Il a peut-être l’impression de revivre le même scenario encore et encore.

Il explique que les Galates n’ont pas été les seuls à se laisser influencer par des faux frères qui veulent remettre en pratique des rites juifs, comme la circoncision par exemple. Ces faux frères feraient aussi une différence entre les Juifs et les non Juifs et encourageraient des chrétiens à se soumettre à nouveau à la loi hébraïque pour être sauvé. 

Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile.

Galates 1:6

Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi; et ce fut d’après une révélation que j’y montai. Je leur exposai l’Evangile que je prêche parmi les païens, je l’exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain. Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire. Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l’intention de nous asservir. Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l’Evangile fût maintenue parmi vous.

Galates 2:1-5

Paul a été confronté au fait que la loi juive est tellement ancrée dans les moeurs, qu’elle remet en question le message même de Jésus qui est que tout ceux qui croient en lui et le suivent, sont sauvés, gagnent la vraie liberté et n’ont donc plus besoin de suivre la loi. Mais c’est un peu chassez le naturel et il revient au galop. Et certains rites refont surface et Paul se sent l’obligation de faire des rappels à l’ordre.

Mais la Loi de Moïse est-elle naturelle? Est-elle vraiment l’ordre naturel des choses ?

Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice, reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham. Aussi l’Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi! de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.

Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit: Le juste vivra par la foi. Or, la loi ne procède pas de la foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles. Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis.

Galates 3 : 6-14

Au début je me suis dit, Paul utilise « les armes » de ses adversaires, les faux frères, les adversaires de cette église, en prenant la source de ses arguments dans la tradition juive. Donc il utilise Abraham et son histoire, que tout juif digne de ce nom, à l’époque de Paul, se doit de connaître. 

Mais pourquoi ne pas utiliser quelqu’un d’autre ? Est-ce qu’il aurait pu utiliser Moïse ? Et pourquoi pas David ? Pourquoi a-t-il utilisé Abraham?

Parmi les pistes que je m’étais noté au début, c’était la circoncision. C’est à Abraham que Dieu parle pour la première fois de la circoncision des garçons dans le livre de Genèse au chapitre 17. Et vu que la circoncision fait partie des sujets de discorde, comme Paul le mentionne au chapitre 2 de Galates, peut-être qu’il utilise Abraham à cause de cela. 

J’ai senti que je n’étais pas complètement dans le faux, mais qu’il y avait un message beaucoup plus profond que ça quand même.

Frères je parle à la manière des hommes, une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n’est annulée par personne, et personne n’y ajoute. Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit: et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule: et à ta postérité, c’est-à-dire, à Christ. Voici ce que j’entends: une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard. Car si l’héritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse; or, c’est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce.

Galates 3:15-18

Paul commence a révéler pourquoi il utilise Abraham, et non Moïse, et non David. Il prend Abraham parce que c’est avec lui que Dieu a fait une alliance, un testament. Dieu a certes travaillé avec Moïse, travaillé avec David, travaillé avec les prophètes. Mais le testament, l’alliance établie entre Dieu et son peuple a été faite avec Abraham. La promesse a été faite à Abraham et à sa descendance, c’est-à-dire à Jésus comme Paul l’explique au verst 16. Et qu’à-t-il promis à Abraham ? Que le peuple qui sortira de lui sera plus nombreux que les étoiles dans le ciel. Je paraphrase.

Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit: et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule: et à ta postérité, c’est-à-dire, à Christ.

Galates 3:16

Qu’avait-fait Abraham pour mériter que Dieu se penche sur lui et conclut avec lui une alliance ? Il n’y avait pas de loi à l’époque d’Abraham. On ne peut même pas dire que c’est parce qu’Abraham était prêt à faire mourir son fils Isaac que Dieu l’a récompensé parce que Dieu annonce son alliance avec Abraham au chapitre 12 de la Genèse et Isaac nait au chapitre 17.

Abraham n’a rien fait pour mériter cette alliance. C’est Dieu qui a décidé d’établir son alliance avec lui. C’est une grâce qu’à fait Dieu à Abraham. Abraham l’a « juste » reçue et avec obéissance a suivi Dieu peu importe là où cela le menerait. Littéralement.

Littéralement parce que j’ai ensuite relu l’histoire de la séparation entre Abraham et Lot. Petite parenthèse, en sortant d’Egypte, il est arrivé le moment où ils ont dû se séparer. Abraham dit à Lot, si tu vas à gauche, j’irais à droite, si tu vas à droite j’irais à gauche. Je paraphrase. Quelque part, Abraham met son destin entre les mains de Lot. Sauf que Abraham avait déjà invoqué l’Eternel et qu’il avait déjà remis sa vie, son destin entre les mains de Dieu. Il s’était tenu à la disposition de Dieu. Tandis que Lot, lui, a regardé ce qu’il y avait devant lui, et de lui-même a pris la décision d’aller vers les plaines du Jourdain. Plaines qui, à l’oeil nu, semblait plus fertiles. Mais qui plus tard seront le théâtre du châtiment de Dieu et de la malédiction amenée par la loi. Les écritures en parlent déjà à la fin du chapitre 13 en mentionnant la méchanceté des habitants de Sodome.

Qu’à fait Lot pour choisir où il devait aller ? Il a marché, non par la foi, mais par sa propre vue. Qu’à fait Abraham pour choisir où il devait aller ? Il n’a absolument rien choisit. Il a pris le chemin qui n’a pas été pris par Lot. Et Dieu a rendu ce chemin, cette terre fertile car Dieu était avec Abraham.

Pour en revenir à Paul aux Galates. J’avais une question et il y répond très clairement ici. Pourquoi donc la loi ? Pourquoi la Loi existe-t-elle si ce qui sauve c’est ma foi en Jésus ?

Pourquoi donc la loi? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite; elle a été promulguée par des anges, au moyen d’un médiateur. Or, le médiateur n’est pas médiateur d’un seul, tandis que Dieu est un seul.

Galates 3:19-20

Ce que je comprends ici c’est que la loi a eu pour but de mettre en évidence notre nature pécheresse, notre incapacité à suivre la loi à la lettre et dans sa globalité. Paul l’a rappelé plutôt au verset 10 :

Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.

Galates 3:10

Le mot important dans ce verset je pense c’est « tout ». 

Ce que je comprends aussi c’est que la loi a été instaurée en attendant la venue de la descendance d’Abraham, c’est-à-dire Jésus comme Paul le rappelle au verset 16. 

Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit: et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule: et à ta postérité, c’est-à-dire, à Christ.

Galates 3:16

Et une chose qui pour moi a été une révélation ici, c’est que Paul insiste sur le fait que la loi a été donnée après la foi. Deux choses me le disent. Paul le dit au verset 17 :

Voici ce que j’entends : une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard.

Galates 3:17

Et puis au verset 19, où il utilise le mot « Ensuite ». Une promesse a été faite à Abraham et ensuite il y a eu la loi. Et cette loi devait être promulguée jusqu’à ce que Jésus vienne pour réaliser la promesse faite à Abraham, par la grâce de Dieu et non pas parce qu’Abraham avait suivi la Loi. 

Dans d’autres traductions, ce passage est peut-être encore plus clair. Par exemple, dans la bible de ma grand-mère qui date des années 50, c’est écrit ainsi : Qu’est-ce donc que la Loi ? C’est un complément ajouté en vue des transgressions, en attendant l’arrivée de la Descendance à laquelle est adressée la promesse. 

La fin du verset 19 et le verset 20 étaient un peu difficiles à comprendre pour moi. Et ce qui m’a aidé c’est de prendre la version du Semeur qui propose la traduction suivante. 

Ce que je comprends du coup, c’est que pour mettre en vigueur la Loi, il faut tout un système en place. Dieu a donné des instructions à Moïse, puis Moïse a donné des instructions au peuple et ensuite il a désigné des sacrificateurs. Il y a toute une machine qui est à mettre en place pour que la loi soit comprise de tout le monde et bien appliquée. On le voit aussi de nos jours. Pour qu’une loi soit en vigueur, elle doit être votée par l’Assemblée, elle part au Sénat, puis retourne à l’assemblée etc.. Puis une fois que le parlement est d’accord, elle rentre en vigueur. Mais avant qu’elle puisse rentrer en vigueur, il faut qu’elle soit publiée au Journal officiel. Il faut ensuite que les ministères se saisissent de cette nouvelle loi et la fasse appliquer. Entre le moment où quelqu’un à l’idée d’une loi et le moment où elle est appliquée, il peut se passer des mois, voir des années. 

Quelque part, la loi, même la loi de Dieu, impose de mettre en place une machine à gaz parce qu’il faut des systèmes pour l’appliquer au niveau du peuple. Et du coup, la pression est répartie entre plusieurs parties : Dieu qui dicte la loi. Le médiateur, Moïse, puis Josué et les suivants, pour recevoir cet ordre et la donner au peuple. Les sacrificateurs pour la faire appliquer. Et le peuple pour appliquer la loi. Tandis que la foi, elle, repose uniquement sur Dieu. Dans le domaine de la foi, la pression est sur Dieu. La source est Dieu. La pression n’est pas sur moi ou sur nous, dans le sens où c’est Dieu qui a été la source de la promesse faite à Abraham, c’est Dieu qui a livré son fils en sacrifice pour nos péchés. Il n’y a rien qu’Abraham a fait pour mériter cette alliance si ce n’est croire en Dieu. Il n’y a rien que je puisse faire pour faire partie de cette alliance, si ce n’est avoir la foi en Jésus-Christ.

La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu? Loin de là! S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi.

Galates 3:21

Je comprends ici que Paul insiste encore sur le fait que la loi et la foi sont deux régimes bien distincts, pas contraires mais distincts. Deux vases qui ne sont pas communicant. Il y a le régime de la loi et le régime de la foi. Le régime de la loi dit que tout ceux qui sont sous la loi sont sous la malédiction qui est attachée à cette loi. Au verset 10 et 22. Toute la création a été comme piégée par la loi, pour que ce ne soit pas par nos oeuvres ou par nous-mêmes que nous puissions obtenir la promesse faite à Abraham, mais que ce soit par la foi en Jésus Christ, qui est la réalisation physique de cette promesse. La loi a été mise en place pour que je ne puisse avoir qu’un seul choix si je veux échapper à la malédiction de la loi, c’est croire en Jésus. 

Le régime de la foi, lui, dit que tout ceux qui croient en Jésus sont fils de Dieu. Je suis fille de Dieu car je crois en Jésus. J’ai fait donc partie de la descendance d’Abraham, je fais partie des étoiles innombrables qu’Abraham a vu dans le ciel et qui représentait sa descendance. Tout cela je ne le dois pas à moi, mais je le dois à la grâce de Dieu car il nous a mis sur la table un autre choix que la Loi, c’est la foi en Jésus. 

Le régime de la loi est pour ceux qui suivent cette loi à la lettre.

Le régime de la foi est universelle, elle est disponible pour tous, il suffit de tendre la main et de l’accepter.

Le régime de la loi mène à la malédiction, à la mort spirituelle.

Le régime de la foi mène à la bénédiction, à la vie en Christ.

Le régime de la loi repose sur moi et ma capacité à suivre la loi.

Le régime de la foi repose sur Dieu et la capacité de Jésus à vaincre de la mort et donc la malédiction.

Pour reprendre l’histoire de Lot et Abraham. Lot a choisi le chemin de la malédiction en choisissant de se reposer sur lui-même et sur ce qu’il voyait de ses yeux d’homme. Abraham a choisi le chemin de la vie en invoquant le nom de Dieu, en lui obéissant et en le laissant le guider.

Donc la loi est-elle l’ordre naturel des choses ?

Paul ici m’explique que non. 

Car l’alliance de Dieu avec Abraham était basé sur la foi. C’est donc le régime de la foi qui était en vigueur entre Dieu et l’homme initialement. Et ensuite, 430 ans plus tard, comme Paul le rappelle au verset 17, le régime de la loi a été instauré. Le régime de la foi ne découle par de la loi et inversement. La loi été instaurée pour façonner un peuple, elle a été instaurée comme tuteur en attendant la venue de Jésus et si je prends cet enseignement dans ma vie, elle a été instaurée pour que je puisse me rendre compte de ma nature pécheresse. Jésus a ensuite réétabli l’ordre naturel des choses, il a réinstauré le régime de la foi. Car c’est bien sur cette base que Dieu a fait une alliance avec les hommes, avec Abraham. 

Jésus est vraiment l’Alpha et l’Omega. C’est avec Jésus que le régime de la foi a commencé, il est au centre de la promesse de Dieu à Abraham, et c’est par lui que le régime de la loi s’est terminé.

Paul n’aurait donc pas pu utiliser une autre personne qu’Abraham dans son argumentaire. Parce que Moïse ou David, eux étaient sous la loi. Pour parler de la foi en Jésus, il était obligé de prendre le père de la foi, Abraham.

Qu’est-ce que tout cela m’apprend de Dieu et de Jésus ?

Dieu est droit et aime l’ordre. Chaque chose est à sa place. La loi mène à un endroit. La foi mène à un autre endroit. Les 2 ne se mélangent pas.

Seul Jésus permet de faire un pont entre les 2 car il a pris la malédiction sur lui-même, comme Paul l’explique au verset 13. 

Dieu est souverain, son plan est grandiose et tout est entre ses mains. Il avait prévu l’antidote avant même la maladie. L’antidote étant Jésus, la maladie étant la malédiction de la loi.

Qu’est-ce que tout cela veut dire pour moi aujourd’hui ?

Je suis confrontée à 2 choix possibles : me reposer sur moi-même, et croire en ma capacité à suivre à la lettre toute la loi. Et donc être esclave de cette loi et de mon corps humain en faisant attention à tout ce que je fais de peur d’enfreindre la loi. Ou bien être libre en mettant ma foi en Jésus pour prendre pleinement part à la promesse faite à Abraham et donc être héritière d’Abraham en Christ. Cela ne me donne pas le droit de tout faire bien sûr. Tout est permis mais tout n’est pas utile.